Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 21:10

Je vous propose ici un petit voyage à travers les siècles gallo-romains. La création et les remaniements administratifs successifs ont également vu la transformation du nom de la capitale des Sénons AGENDICUM, et l'évolution vers son nom définitif de SENS.


1er siècle avant J-C - La création

« L'ensemble de la Gaule est divisé en trois parties : l'une est habité par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par le peuple qui, dans la langue, se nomme Celte, et, dans la nôtre, Gaulois ». Le pays des Sénons ou Sénonais occupe cette dernière partie avec AGENDICUM pour capitale. César poursuit en précisant que les Gaulois sont différents des autres par le language, les coutumes, et les lois. (Guerres des Gaules, 1,1) (1)

 

Théodore TARBE quant à lui avait étudié plusieurs documents anciens avant 1838. Dans son ouvrage (2), il évoque l'ancien AGENDICUM de César, mais pour AGEDINCUM il donne les références de SURITA (a) et des annales de SAINT-BERTIN (b). Pour ces derniers, les ecclésiastiques rédacteurs ont utilisé les expressions AGEDICUM SENONUM, et SENONICUS COMITATUS ou PAGUS SENONICUS, qu'un historien du XIXe siècle a traduit par « comté » (c). Le « Sénonois » ainsi décrit comprenait tous les Pagi (d) du Sénonais connu aujourd'hui. 

 

(a) Les recherches effectuées m'ont appris qu'il s'agissait d'un ecclésiastique du XVIIe siècle, mais les écrits ont du probablement se perdre.

(b) Ce sont des chroniques du IXe siècle qui se rapportent au royaume franc occidental entre 829 et 882, Elles ont été écrites de 835 à 861 par l'évêque de Troyes, Prudence, puis jusqu'en 882 par l'archevêque de Reims.

(c) Assimilation un peu rapide pour l'époque. Elle ne sera vraie qu'au VIIIe siècle avec la création du  Comté de Sens.

(d) Pagi est le pluriel de Pagus qui signifie « pays ».


1er siècle après J-C - Premier remaniement

Auguste meurt le 19 août 14 à l'âge de 75 ans. En 27 avant notre ère, il avait jeté les bases d'une nouvelle administration avec une modification des trois Gaules : la Lyonnaise, l'Aquitaine et la Belgique, avec comme capitale LUGDUNUM. Le Sénonais, qui faisait parti de la Celtique, est alors intégré dans la Gaule Lyonnaise avec AGENDICUM ou AGEDINCUM pour capitale de la CIVITAS SENONUM (a). Cette dernière expression apparait pour la première fois.

 

 Une inscription retrouvée en 1893 et provenant d'un monument élevé en l'honneur de Caius César (b), mentionne cette CIVITAS SENONUM. Il faut noter que le nom de la ville a disparu. La traduction a été menée par Gustave JULLIOT (4) à la fin du XIXe siècle. Le texte gravé sur pierre en quatre morceaux est conservé aux Musées de Sens. Le monument aujourd'hui disparu se situait non loin de la rivière (3). Le tracé de l'Yonne ayant subi des modifications au cours des siècles, son emplacement actuel se situerait au bord de la rivière côté Ile d'Yonne du côté opposé à l'église Saint-Maurice.


(a) Civitas : Unité politique et administrative romaine comprenant une ville et son territoire. Elle avaient une très large autonomie. Les Civitas reprenaient approximativement le territoire des anciennes tribus gauloises.

(b) Caius César (19 avant J-C, an 5 de notre ère) est le fils adoptif d'Auguste, donc le petit-fils par adoption de Caius Julius César. Il sera déifié de son vivant.

 

DSC04791Photo de l'auteur publiée avec l'autorisation des Musées de Sens

 

Augusta HURE (3) précise à propos de la construction de la nouvelle ville : « A l'Agendicum de Jules César, sur la rive gauche de l'Yonne, fait place l'Agedincum de Ptolémée et de l'Itinerarium.d'Antonin, sur la rive droite ».


Après avoir étudié toutes ces hypoyhèses, je pense que le changement d'orthographe est contemporain de César. Avant l'arrivée des romains, le lieu s'appelait AGENDICUM. Il a peut être eu un décalage entre ses batailles et le moment où il a rédigé la Guerre des Gaules. Il aurait alors entériné le nom d'AGEDINCUM.


IIe siècle

Dans la Table qu’il rédige dans les premières années du IIe siècle, PTOLEMEE (a) nomme notre ville AGEDICUM,   et la situe au 21°15’ de longitude et 47°10’ de latitude. (Géographie II, 8, 9) (5).


(a) Grec né en Égypte (98-168), il réside à Alexandrie et mène de front recherches et enseignements des mathématiques, astronomie, et astrologie. Il rédige également un traité de géographie.


IIIe siècle

Caius Amatius Paterninus est édile des habitants d'AGIEDICUM, faubourg Saint-Savinien. Il résidait au n°2 de la rue d'Alsace-Lorraine actuelle. Un texte gravé sur une plaque de bronze retrouvée en 1839 et aujourd'hui au Musée du Louvre (4) est daté des calendes d'avril 250 (1 avril 250). Il  indique (à la fin de la deuxième ligne) :


Aedil(i) Vikan(orum) Agied(icensium)


Le préfixe AGIED apparaît pour la première fois. Selon certains, il serait issu du gaulois, mais ceci reste à vérifier.

 

INSCR 

Sur l'itinéraire d'Antonin, sur lequel nous reviendrons dans un article sur les cartes et le réseau routier, SENS est appelé AGEDINCUM (3), mais aussi sont mentionnés les expressions  AGREDINCUM et AGREDICUM

 

IVe siècle - Deuxième remaniement

La 4ème lyonnaise, appelée aussi Sénonaise (Senonia), crée dans les dernières années du IVe siècle, comprend sept cités dont SENS la métropole est nommée METROPOLIS CIVITAS SENONUM. Les autres villes sont : Chartres (civitas Carnutum), Auxerre (civitas Autessiodurum), Troyes (civitas Tricassium), Orléans (civitas Aurelianorum), Paris (civitas Parisiorum) et Meaux (civitas Meldorum).

 

Ve siècle

Une « carte routière » destinée probablement à l'armée était établie par les services de l'empereur Théodose II (401-450). Ce document sera retrouvé et recopié une ou plusieurs fois et notamment au XIIIe siècle, pour finalement être repris et étudié par Conrad PEUTINGER au XVe siècle, mais diffusé seulement un siècle plus tard. Après plus de dix siècles ou les copies de copies se sont succédées, le nom s'est transformé en AGETINCUM. ou AGENTINCUM


Autres noms dont parle Théodore TARBE (2) : AGENDIC, AGENDINCK,

 

XVIIIe siècle 

Il faudra attendre la révolution de 1789, et la formation des départements pour que le nom de notre ville prenne sa forme définitive de SENS. Cependant les expressions Sénonais, Sénonaise et Sénonie ont perduré, et sont entrées aujourd'hui dans le langage courant. 


Sources

  1. Jules CESAR, « La Guerre des Gaules », traduction de L.-A.CONSTANS, chez Folio Classique n°1315, août 2010.

  2. Théodore TARBE « Recherches historiques et anecdotiques sur la ville de Sens  imprimerie Tarbé à Sens, 1838 [document en ligne sur Gallica]

  3. Augusta HURE, « Le Sénonais gallo-romain », Culture et Civilisation à Bruxelles, 1978

  4. Gustave JULLIOT, « Musée gallo-romain de Sens », Sens, 1868, disponible en ligne sur Gallica

  5. Claudius PTOLEMEE, « Traité de géographie » (8 livres) Ebherhart, Paris, 1828

Autre document consulté 

Jean-Paul DELOR, « L'Yonne », Carte archéologique de la Gaule, 2002

 




Partager cet article

Repost 0
Published by agendicum - dans SENS antique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sens et le Sénonais antique et médiéval
  • Sens et le Sénonais antique et médiéval
  • : Histoire et Archéologie antique et médiévale d'un territoire immense constitué par les départements de l'Yonne, de la Seine-et-Marne, et d'une partie du Loiret et de l'Aube. Sa capitale s'est appelée successivement Agedincum, Senones, puis SENS.
  • Contact

Rechercher

Archives